Michel BONNAUD (1934-2008) HsT 1968 Figuration narrative Avignon Fauviste

Michel BONNAUD (1934-2008) HsT 1968 Figuration narrative Avignon Fauviste
Michel BONNAUD (1934-2008) HsT 1968 Figuration narrative Avignon Fauviste

Michel BONNAUD (1934-2008) HsT 1968 Figuration narrative Avignon Fauviste
Signée et datée en bas à gauche. Contresugnée et titrée au dos. Very Beautiful Oil on Canvas. Handsigned and dated on lower left. Handsigned and Titled on the back. 24" x 18.1" in. Michel Bonnaud est un artiste peintre et lithographe né le 18 mars 1934 à Avignon (Vaucluse) où il est mort le 27 janvier 2008.

Élève de l'École supérieure d'art d'Avignon, Michel Bonnaud est fondateur avec Guy Toubon du groupe avignonnais de L'Atelier dont il sera le président et l'animateur (les artistes se retrouvant alors régulièrement à la "Rich Tavern", une institution aujourd'hui disparue de la rue Viala), et au sein duquel on trouvera également Guy Chariton et Michel Trinquier. « De l'École d'Avignon, écrit Henri Gineste, le groupe de L'Atelier est certainement un des mouvements de peintres les plus intéressants à suivre.

Son chef de file, Michel Bonnaud, tout en se défendant de faire école, a certainement influencé ses camarades; en tous cas, il est sûrement celui qui a réalisé une des uvres les plus marquantes parmi les artistes avignonnais. » Michel Bonnaud est également l'ami d'Ibrahim Shahda et de Christian Viguier6 qui en ont tous deux brossé un portrait.

Portrait de l'artiste: « D'un visage sérieux, de grands yeux de gosse, avec sa barbe en collier, il est de prestance avenante et sympathique, d'une réserve presque timide; il se livre rarement, son geste est calme, il aime la tranquillité, sa voix est toujours posée, à l'image de sa personne; il se dégage de son uvre une force contrôlée où chaque plan devient mouvement. » Michel Bonnaud partage avec son ami l'auteur et directeur de théâtre avignonnais Jacques-Henri Pons9 (dont il illustrera un livre) la passion du jazz, son violon d'Ingres étant le saxophone, mais maîtrisant également le piano, la contrebasse et la trompette.

« Mon oncle était autant musicien qu'il était peintre » évoque Delphine Bonnaud, nièce de l'artiste, qui restitue Michel Bonnaud et Jacques-Henri Pons se retrouvant dans les années 1960 à Orange chez un autre complice, Antoine ("Tony") Petrucciani, et partageant les leçons de musique inculquées par Tony à son fils Michel. Michel Bonnaud est décédé le 27 janvier 2008 à Avignon. Ce sont désormais ses nièces qui gèrent les tableaux dont il était encore en possession avant sa mort. Uvre (thèmes) Avant 1965, Nus, paysages (Paysage des Alpilles), natures mortes, marines, scènes (Les joueurs de cartes), portraits. Expositions personnelles Galerie Longchamp, Nice, 1959.

Galerie Ducastel, Avignon, 1962, 1963, 1965, 1967, 1970, 1974, 1975, 1977, 1986, 1987, 1988, 1989, 1992, 1995, 1998, 2001, 2004. Galerie du Rempart, Toulouse, 1979.

Galerie l'Escapade, Genève, 1980. Galerie du Palais, Marseille, 1981. Galerie Ceruse, L'Isle-sur-Sorgue, 1989.

Galerie Emiliani, La Bégude-de-Mazenc, 1989. Expositions collectives Salon des artistes de Villeneuve-lez-Avignon, 195610. Rétrospective vingt années d'expositions, Galerie Ducastel, Théâtre Louis-XIV de la place Crillon, Avignon, novembre 1982. Prix et distinctions Prix Seyssaud 1954. Grand Prix du Festival d'Avignon 1963.

Grand Prix des Chorégies d'Orange. Première mention du Festival d'Avignon 1967. Réception critique « L'on ressent devant son uvre le signe contradictoire d'une saine santé qui apporterait autant de peines que de joies, autant de rires que de pleurs.... Ses tableaux ne traduisent pas la beauté dans ce qu'elle a de superficiel, de joli ou d'agréable: ils font au contraire, ressortir la dure réalité de la vie, avec ses cris et ses souffrances.

»4 - Henri Gineste « Voyageur immobile, Michel Bonnaud a fait le choix d'une autre évasion, il y a dans chacune de ses toiles, dans leur compacité, comme un trou, une fissure, un gouffre entrouvert sur un infini de vertige... Quelque chose des ciels enflammés de Turner, des nuages de Léon Zack et de Zao Wou-Ki. »11 - Jean Boissieu « Ses paysages et ses natures mortes ont des grâces de clarté impromptue et de glissement trembloté, dans des effets ménagés de pinceau et de couleurs. »1 - Jean-Pierre Delarge Musées Musée Calvet, Avignon. Collections privées Jean et Gisèle Boissieu, Marseille.

Michel Bonnaud is a painter and lithographer born March 18, 1934 in Avignon (Vaucluse) where he died on January 27, 2008. A student of Avignon's École supérieure d'art, Michel Bonnaud is the founder of the L'Atelier group of Avignon with Guy Toubon, of which he will be the president and the animator (the artists then regularly meet at the "Rich Tavern", an institution that has disappeared from Viala Street), and also features Guy Chariton and Michel Trinquier. From the School of Avignon, writes Henri Gineste, L'Atelier's group is certainly one of the most interesting painters'movements to follow. Its leader, Michel Bonnaud, while defending himself from school, certainly influenced his comrades; in any case, he is surely the one who has made one of the most outstanding works among Avignon artists.

Michel Bonnaud is also the friend of Ibrahim Shahda and Christian Viguier6 who have both painted a portrait. Portrait of the artist: Of a serious face, big eyes of kid, with his beard in necklace, he is of pleasant and friendly presence, of a reserve almost shy; he rarely gives himself up, his gesture is calm, he likes tranquility, his voice is always posed, in the image of his person; a controlled force emerges from his work in which each plane becomes movement.

Michel Bonnaud shares with his friend the author and director of Avignon theater Jacques-Henri Pons9 (which he will illustrate a book) the passion of jazz, his violin d'Ingres being the saxophone, but also mastering the piano, the double bass and the trumpet. "My uncle was as much a musician as he was a painter" evokes Delphine Bonnaud, niece of the artist, who restores Michel Bonnaud and Jacques-Henri Pons ending up in the 1960s in Orange with another accomplice, Antoine ("Tony") Petrucciani, and sharing lessons of music instilled by Tony to his son Michel. Michel Bonnaud died on January 27, 2008 in Avignon. It is now his nieces who manage the paintings he still possessed before his death.

Work (themes) Before 1965, Nudes, landscapes (Landscape of the Alpilles), still lifes, seascapes, scenes (The card players), portraits. Personal exhibitions Longchamp Gallery, Nice, 1959. Galerie l'Escapade, Geneva, 1980. Emiliani Gallery, The Bégude-de-Mazenc, 1989. Collective exhibitions Salon of the artists of Villeneuve-lez-Avignon, 195610.

Retrospective twenty years of exhibitions, Ducastel Gallery, Théâtre Louis-XIV of Place Crillon, Avignon, November 1982. Awards and Recognition Seyssaud Prize 1954. Grand Prix of the 1963 Avignon Festival. Grand Prix of the Chorégies of Orange.

First mention of the Avignon Festival 1967. Critical reception One feels in front of his work the contradictory sign of a healthy health which would bring as many pains as joys, as many laughs as tears.... His paintings do not translate the beauty in what it has superficial, pretty or pleasant: on the contrary, they bring out the harsh reality of life, with its cries and its sufferings. 4 - Henri Gineste Still traveler, Michel Bonnaud has chosen another escape, there is in each of his paintings, in their compactness, like a hole, a crack, a chasm ajar on an infinite vertigo... Something of fiery skies of Turner, clouds of Leon Zack and Zao Wou-Ki. »11 - Jean Boissieu His landscapes and his still lifes have graces of impromptu clarity and shimmering slippage, in sparse effects of brush and colors. »1 - Jean-Pierre Delarge museums Calvet Museum, Avignon.

La Figuration narrative est un mouvement artistique apparu, principalement dans la peinture, au début des années 1960 en France, dans le cadre du retour à la nouvelle figuration et en opposition à l'abstraction et aux mouvements contemporains du nouveau réalisme et du pop art, auquel elle est néanmoins associée. Il faut éviter de la confondre avec la narration figurative qui est un genre de narration associant des images à du texte. Fondements Le mouvement de la figuration narrative n'a pas été structuré, en particulier, par un manifeste mais a cependant été théorisé par le critique d'art Gérald Gassiot-Talabot dans un ouvrage paru en 1965.

Il s'agit d'un courant d'expression qui restreint initialement le champ de la nouvelle figuration en considérant comme narrative toute uvre qui se réfère à une représentation figurée dans la durée, soit par la circulation d'objets dans la toile, soit par séquences, y compris sous forme de polyptyques, et qui veut généralement redonner à la peinture une fonction politique et critique de la société de consommation. Parmi ses sources d'inspiration cadrages, montages, etc. On compte la bande dessinée, le cinéma, la photographie, la publicité en fait, l'ensemble des images du quotidien. Les thèmes des uvres sont rattachés le plus souvent aux scènes de la vie de tous les jours, ainsi qu'aux revendications sociales ou politiques.

La plupart des artistes de ce mouvement furent marqués par les thèses gauchistes de Mai 68, en particulier celles d'Herbert Marcuse, en estimant que le potentiel subversif de leurs uvres devait tenir dans leur dimension esthétique bien davantage que dans un discours explicite. Selon Marcuse, « plus une uvre est immédiatement politique, plus elle perd son pouvoir de décentrement et la radicalité, la transcendance de ses objectifs de changement ». Certains d'entre eux revendiquèrent cette tendance, tels que l'anti-franquiste Eduardo Arroyo réfugié en France, Gérard Fromanger, Erró, Gérard Guyomard, Ivan Messac, Sergio Birga, Henri Cueco. Les artistes de la figuration narrative se sont ainsi opposés au pop art américain qu'ils jugeaient trop hégémonique, trop formel, indifférent aux luttes politiques de l'époque et pas assez critique de la société de consommation, tout en utilisant certaines expressions formelles similaires. Historique En 1962, la structure narrative apparaît dans luvre de certains artistes comme Peter Klasen, présent à Paris depuis 1959 (Douche, 1962), ou Hervé Télémaque (Le Voyage, 1962) arrivé de New York quelques mois auparavant. Ce dernier rencontre la même année Bernard Rancillac qui participe au Salon de la jeune peinture avec ses camarades Eduardo Arroyo, présent à Paris depuis 1958, Gilles Aillaud et Antonio Recalcati, réunis sous l'influence d'Henri Cueco, lauréat du prix Malborough en 1956, dans leur engagement de contestation du pouvoir capitaliste, ainsi que Peter Saul également venu de New York.

Déjà en novembre 1960, la première exposition des nouveaux réalistes s'était tenue à Paris au festival d'avant-garde et, en novembre 1962, à la Sydney Janis Gallery de New York en incluant la première exposition collective des artistes du pop art américain, théorisé la même année. De mai à juin 1963, les autorités américaines présentent ensuite pour la première fois en Europe, à l'American Center de Paris, l'exposition « De A à Z » regroupant 31 artistes de la jeune scène américaine du pop art ; tandis que la première série d'uvres de Roy Lichtenstein, de 1961, basée sur la bande dessinée, est en même temps exposée à la galerie Ileana Sonnabend. Lors de la troisième Biennale de Paris, tenue fin septembre 1963 au musée d'art moderne de la ville de Paris, Eduardo Arroyo, tenant de la nouvelle figuration, se fait alors connaître en exposant son polyptyque Les Quatre dictateurs5, une série de portraits de dictateurs incluant Franco, qui provoqua la protestation du gouvernement espagnol.

Si l'expression « figuration narrative » apparaît antérieurement, en étant inspirée à Gassiot-Talabot par l'usage de la séquence évolutive chez le peintre et cinéaste d'animation Peter Foldès (Lampe électrique et papillon de nuit, 1948), la figuration narrative obtient son véritable acte de naissance avec l'exposition « Mythologies quotidiennes » organisée de juillet à octobre 1964, à la demande de Rancillac et de Télémaque, par Marie-Claude Dane au musée d'art moderne de la ville de Paris (MAMVP), et à laquelle participa également, Klasen, Arroyo, Recalcati, Jacques Monory, Leonardo Cremonini, Jan Voss et Öyvind Fahlström6. Cependant, au mois de juin précédent, la nouvelle école américaine venait d'être consacrée à la Biennale de Venise par l'octroi du grand prix à Robert Rauschenberg, quelques jours seulement avant l'ouverture de cette exposition au MAMVP, ce qui en amoindrit l'impact médiatique. En octobre 1965, Gassiot-Talabot présente à la galerie Creuze l'exposition éponyme « La Figuration narrative dans l'art contemporain » où est exposé le polyptyque Vivre et laisser mourir ou la fin tragique de Marcel Duchamp d'Arroyo, Aillaud et Recalcati, acquis en 2013 par le musée Reina Sofia de Madrid7, qui constitue le manifeste de ce mouvement. L'année suivante, l'exposition « Bande dessinée et figuration narrative » est montrée au musée des arts décoratifs de Paris. Uvres collectives Le mouvement préconisa également la réalisation d'uvres collectives, notamment sous la forme de polyptyques, utilisés à partir de 1963 par Arroyo avec Les Quatre dictateurs ou par Télémaque avec My Darling Clementine.

La première de ces uvres collectives, intitulée Une Passion dans le désert, réalisée en 1965 par Arroyo, Aillaud et Recalcati, est une série de treize toiles inspirée d'une nouvelle de Balzac, qui relate les amours d'un soldat de Bonaparte en Égypte et où chaque artiste avait la liberté de modifier à sa guise le travail des deux autres, afin d'abolir la « facture personnelle », considérée comme base de l'idéologie bourgeoise de l'art, au profit de l'anonymat, conséquence du travail collectif. Le polyptyque Vivre et laisser mourir ou la Fin tragique de Marcel Duchamp, introduit par une copie de son fameux tableau Nu descendant un escalier et véritable manifeste des intentions picturales du mouvement, fut réalisé par les mêmes artistes avec la collaboration de Gérard Fromanger, mais aussi celle de Francis Biras et Fabio Rieti pour la reproduction des trois uvres de Marcel Duchamp qu'il comporte. Une séquence de huit tableaux représente l'assassinat de Duchamp par les trois principaux peintres du polyptyque, en s'attaquant ainsi à l'art conceptuel prôné par cette figure emblématique de l'avant-garde, symbole des falsifications intellectuelles de la culture bourgeoise qui « anesthésie les énergies vitales et fait vivre dans l'illusion de l'autonomie de l'art et de la liberté de création », tout autant qu'aux formes d'art qui s'en réclamaient alors et qu'ils estimaient dévoyées, comme le pop art et le nouveau réalisme.

Ainsi, dans la 8e et dernière toile, on voit les défenseurs américain comme européen de ces deux mouvements, Andy Warhol et Pierre Restany, soutenir par l'arrière le cercueil de Duchamp recouvert d'un drapeau américain, en étant précédés par Arman, Claes Oldenburg et Martial Raysse et conduits par Robert Rauschenberg. La série divisa les 68 artistes invités à l'exposition « La Figuration narrative dans l'art contemporain » de la galerie Creuze, où elle était présentée, en suscitant une pétition hostile menée par le groupe surréaliste à laquelle se joignirent Télémaque et Voss. En 1966, Gerhard Richter, tenant également du retour à la figuration, s'opposa lui aussi à l'influence de Duchamp, en évoquant la même uvre de celui-ci dans sa toile Ema, Akt auf einer Treppe (Ema, nu sur un escalier, Cologne, musée Ludwig), manifeste de sa technique du flou initiée en 1963 (Hirsch). D'autres artistes, Henri Cueco, Lucien Fleury, Gilt, Jean-Claude Latil, Michel Parré et Gérard Tisserand se sont regroupés dans la coopérative des Malassis10 de 1970 à 1977. L'une des uvres les plus importantes de ce groupe est Le Grand Méchoui ou douze ans d'histoire de France (1972, musée des beaux-arts de Dole) composée de 50 toiles brocardant l'action du gouvernement et qui fit scandale par l'action collective de son décrochage, lors du vernissage de l'exposition voulue par le président de la République au Grand Palais, dite « Expo Pompidou ».

En 1977, l'exposition « Mythologies quotidiennes 2 » fut présentée au musée d'art moderne de la ville de Paris. Certains artistes du mouvement, regroupés en particulier au Salon de la jeune peinture au début des années 1960, ont tenu un discours militant marqué à l'extrême gauche et donnaient à leur art un objectif de transformation sociale. Rancillac, Arroyo, Aillaud, Fromanger et Cueco ont également participé à L'Atelier populaire de l'École des beaux-arts de Paris qui produisait les affiches de Mai 68.

La fameuse affiche Nous sommes tous des Juifs et des Allemands représentant Daniel Cohn-Bendit12 serait de Rancillac13, auquel s'interressa Pierre Bourdieu. Les philosophes Michel Foucault et Gilles Deleuze commenteront également les uvres de Gérard Fromanger ; tandis que Jacques Derrida analysera celles de Valerio Adami, Louis Althusser celles de Leonardo Cremonini, Paul Virilio celles de Peter Klasen et Jean-François Lyotard celles de Jacques Monory.

Après un premier frémissement en 2002, où Le Prince de Hombourg (1965) de Gérard Fromanger obtient 61 000 euros, la figuration narrative est redécouverte à partir de 2006 avec la vente du tableau One of 36 000 Marines (1965)14 d'Hervé Télémaque, qui réalise son plus haut prix en atteignant 292 000 euros. Une toile de Peter Saul de 1963, Ice Box est vendue chez Christie's New York pour 383 000 dollars (sans les frais).

En 2007, Comicscape (1971) d'Erró a atteint 838 000 euros15 chez Christie's16. Mélodie sous les palmes de 1965, par Bernard Rancillac est vendue en 2012 pour 291 000 euros.

Une grande rétrospective s'était en effet tenue en 2006 aux musées des beaux-arts d'Orléans et de Dole, intitulée « La figuration narrative dans les collections publiques », puis une seconde en 2008 au Grand Palais à Paris, reprise à l'Institut valencien d'art moderne de Valence. Principaux musées exposant des uvres de la figuration narrative. Genève, Fondation Gandur pour l'art17. Nice, musée d'art moderne et d'art contemporain. Musée d'art moderne de la ville de Paris.

Musée national d'art moderne. Valence, Institut valencien d'art moderne. Peintres de la figuration narrative.

Jacques Monory (né en 1924). Juan Genovés (né en 1930)18. Bernard Rancillac (né en 1931). Gérard Schlosser (né en 1931). Erró (Gudmundur Gudmundsson, dit, 1932).

Herman Braun-Vega (né en 1933)19. Antonio Segui (né en 1934). Peter Saul (né en 1934).

Valerio Adami (né en 1935). Peter Klasen (né en 1935). Vladimir Velikovi (né en 1935). Jan Voss (né en 1936).

Gérard Guyomard (né en 1936). Charles Pascarel (né en 1936). Pierre Dessons (né en 1936). Hervé Télémaque (né en 1937).

Eduardo Arroyo (né en 1937). Peter Stämpfli (né en 1937).

Antonio Recalcati (né en 1938). Gérard Fromanger (né en 1939). Sergio Birga (né en 1940). Carlo Maiolini (né en 1940).

Manolo Valdès (né en 1942). Gian Paolo Dulbecco (né en 1941). Bernard Morteyrol (né en 1942). Frédéric Brandon (né en 1943). Cybèle Varela (né en 1943).

Ivan Messac (né en 1948). L'item "Michel BONNAUD (1934-2008) HsT 1968 Figuration narrative Avignon Fauviste" est en vente depuis le vendredi 2 novembre 2018.

Il est dans la catégorie "Art, antiquités\Art du XXe, contemporain\Peintures".art" et est localisé à/en Paris. Cet article peut être expédié aux pays suivants: Amérique, Europe, Asie, Australie.


Michel BONNAUD (1934-2008) HsT 1968 Figuration narrative Avignon Fauviste